MIGRANTS : INFORMATION DE DERNIERE MINUTE

Par Hasparren2020
Hasparren

L’Institut DON BOSCO a été retenu par le conseil départemental des Pyrénées Atlantiques pour l’ouverture de 40 places dédiées à l’accueil, la mise à l’abri et l’orientation des migrants mineurs primo-arrivants.

Cette ouverture est prévue à compter du 1er avril 2020

Le Département a souhaité une localisation en territoire rural, sur sa partie basque.

La commune de HASPARREN et ses alentours (environ 10 km de la commune) ont été « identifiés » par l’institution…

Modalités d’hébergement des jeunes au sein de petits collectifs :

- T4 pour 3 jeunes,

- T6 pour 5 jeunes.

Le dispositif serait ouvert 365 jours par an, 24h sur 24…

La nuit, un surveillant effectuerait des maraudes et interviendrait en première intention…

Voici quelques extraits de la « Synthèse générale » reçue le 13 février dernier en Mairie, avec le logo de l’Institut DON BOSCO et celui du conseil départemental.

La totalité de cette synthèse a été présentée par le Maire pour information à l’ensemble du Conseil municipal, lors de la séance du 21 février dernier.

Elle est disponible sur notre site : Synthèse générale.

Cette question se pose à nous et s’impose dans le débat de ces élections municipales.

Voici notre position la concernant, étant précisé que la conseillère départementale de notre canton Isabelle PARGADE est pour le moins silencieuse à ce sujet :

Soit elle n’en a pas connaissance et c’est grave pour un dossier de territoire aussi sensible (Hasparren et 10 km autour étant cités), soit elle en a connaissance et n’en parle pas avant l’élection municipale pour les mêmes raisons et c’est encore plus grave… !

Nous sommes DEFAVORABLES et NOUS NOUS OPPOSERONS donc à l’implantation d’un tel centre de migrants à HASPARREN ou à la mobilisation de multiples hébergements pour ce faire, pour des raisons :

- de forme accessoirement : cette démarche imposée, n’a fait l’objet d’aucune demande préalable de concertation de la part du Département.

La précipitation inexpliquée dans cette période électorale est sujette à jeter le trouble alors que des questions locales importantes sont au cœur du débat public…  

- de fond principalement : souhaitant en priorité apporter une réponse appropriée à des demandes sociales locales, à ce jour en cours de traitement (« Pikasarria » pour les personnes en situation de handicap, logements locatifs sociaux en HLM et location sociale de 5 appartements communaux), sans compter des obligations significatives d’urbanisme social contenues dans notre Plan Local d’Urbanisme.

Pareille implantation est impossible pour nous, et le parc public étant déjà saturé, le parc privé n’est pas en mesure « d’absorber » semblable demande !

Enfin, et après conversation téléphonique avec le directeur de l’institut DON BOSCO pour en savoir davantage, celui-ci indique que HASPARREN a bien été « fléché » par le Département au moment où la note a été envoyée (13 février), mais qu’il semblerait depuis qu’une autre zone géographique soit en cours de recherche…

Quoi qu’il en soit, affaire à suivre, vigilance assurée et implantation à refuser sur HASPARREN… !